Scarlatti et les trésors engloutis du baroque portugais

Un panorama de la musique portugaise de chambre avec beaucoup de pièces inédites. Domenico Scarlatti venu à Lisbonne pour s’affranchir de l’influence de son père Alessandro, y restera huit années et aura pour élève le très précoce Carlos Seixas, dont beaucoup d’œuvres disparurent malheureusement dans le tremblement de terre de 1755, où en quelques minutes, une grande partie de la Ville de Lisbonne s’effrondra avant d’être engloutie par un raz de marée.

La musique spirituelle de Jayme de la Té y Sagau, venu de Barcelone pour faire carrière au Portugal, est une récente et magnifique découverte.

A la cour de Jõao V du Portugal

  • Cantate de Domenico SCARLATTI (1685-1757, à Lisbonne de 1720 à 1728)
  • Ouverture en Ré Majeur de Manuel Carlos SEIXAS (1704-1742)
  • Cantate « Gli Sposi Fortunati » de Antònio TEIXEIRA (1707-1769)
  • Sinfonia en si bémol de Carlos SEIXAS
  • Cantate Humaine de Jayme de la Té y SAGAU (1723)
Concert
2 chanteurs
6 instrumentistes
(violons, alto, clavecin, basses)
30/01/2011 – Musée Carnavalet Paris
17/02/2008 – Théâtre de Vanves
29/06/2007 – Festival Festes Baroques en Terre des Graves